Réhabilitation

Réhabilitation après cancer

Un cancer engendre en général des conséquences physiques, psychologiques, sociales, professionnelles variant selon la personne, selon le type de cancer, selon la gravité et le pronostic vital. Ces conséquences peuvent nécessiter le recours à un programme de réhabilitation afin de soutenir la personne pour recouvrer certaines compétences dans les meilleurs délais, notamment chez les personnes jeunes qui travaillaient avant la survenue du cancer.  La réhabilitation a pour objet de permettre aux personnes fragilisées par la maladie et les traitements de retrouver des aptitudes physiques, mentales et sociales pour vivre avec le cancer et vivre après le traitement du cancer, en évitant le développement d’une chronicité de certains symptômes. Elle améliore la qualité de vie de la personne malade et de l’entourage. Elle aide au retour à l’emploi. Elle diminue les complications de la maladie et des traitements. La participation à un programme de réhabilitation doit répondre à des besoins objectifs du patient validés par un médecin. Il ne s’agit pas d’un acquis systématique pour toute personne atteinte d’un cancer.

Plan Cancer et Réhabilitation

Le Plan Cancer 2014-2018 permettra de:

Disposer au Luxembourg d’une offre de réhabilitation stationnaire et ambulatoire spécifique à la cancérologie

Un programme de réhabilitation multidisciplinaire , spécifique à la cancérologie, sera développé sous deux formats: stationnaire et ambulatoire. Il comprendra une offre de prestations médicales, de soutien psychologique, kinésithérapie et entraînement sportif, diététique, orthophonie, gestion de la douleur,… pouvant être déclinée selon les  besoins des patients concernés identifiés lors d’une évaluation personnalisée. Un modèle de plan de réhabilitation sera développé. Les professionnels intervenants dans le programme de réhabilitation devront être formés en onco-diététique, psycho-oncologie, kinésithérapie appliquée à l’oncologie. Ce programme tiendra compte aussi des besoins spécifiques de l’once-gériatrie.

Favoriser l’accès à certaines prestations en extra-hospitalier afin de favoriser la réhabilitation

La liste statutaire de la CNS concernant les produits nutritionnels ou les dispositifs ou fournitures pris en charge en extra-hospitalier sera révisée à la lumière des situations cliniques de personnes atteintes de cancer.

Les besoins en matière de prise en charge diététique et psycho-oncologique en extra-hospitalier pour les patients traités pour cancer seront évalués, notamment en termes de fréquence, et des solutions seront recherchées.

Améliorer les mesures de maintien à l’emploi

Afin de permettre un retour à l’emploi des personnes qui travaillaient avant la survenue du cancer, un concept de plan de réinsertion professionnelle négocié entre la personne, l’employeur, le médecin du travail, le médecin généraliste, le contrôle médical de la sécurité sociale, sera développé et mis en place.

Un bilan sera réalisé sur l’utilisation actuelle des mesures de maintien à l’emploi des personnes traitées pour cancer et de nouvelles alternatives seront proposées en fonction des besoins recensés.