Vaccination HPV

Papillomavirus humains (HPV)

Les HPV sont des agents infectieux responsables des cancers du col de l’utérus , mais aussi de cancers du pénis, de l’anus et de certains cancers de la cavité buccale. Les infections à HPV sont transmises par voie sexuelle. Plus de 70 % des hommes et des femmes ont une ou plusieurs infections à HPV dans leur vie. 80-90 % de ces infections génitales à HPV régressent spontanément, mais 10-20 % des femmes infectées développent une infection persistante à HPV. La persistance de l’infection peut provoquer des verrues génitales et constitue le facteur le plus important pour que se développent des lésions précancéreuses (3-4 %) et surtout un cancer du col de l’utérus (0,2 %). Les types 16 et 18 d’HPV sont responsables de 73 % des cancers du col de l’utérus.

Vaccins contre l’HPV

L’existence d’un vaccin contre l’HPV constitue une avancée scientifique majeure. Il existe deux vaccins disponibles:

  • l’un quadrivalent contre les HPV de type  6, 11, 16 et 18, également efficace contre les types 6 et 11 responsables de la majorité des verrues génitales,
  • l’autre bivalent contre les HPV de type 16 et 18.

Environ 73 % des cancers du col de l’utérus peuvent être évités par l’administration du vaccin chez les jeunes femmes n’ayant pas encore été infectées par le HPV, les autres cancers étant causés par des types de HPV non contenus dans les vaccins actuels.

Programme actuel de vaccination contre l’HPV

2008-cancer-uterus

Depuis le 1er mars 2008, le Ministère de la Santé a mis en place un programme de vaccination gratuit contre l’HPV s’adressant prioritairement aux filles qui à l’échéance de leur 12 ans reçoivent une invitation personnelle à se faire vacciner.

La vaccination des jeunes filles de 11 à 13 ans avec le vaccin Quadrivalent comprend désormais 2 injections à administrer par un médecin agréé au Luxembourg. La 2ème injection doit se faire dans un délai supérieur ou égal à 6 mois après la 1ère injection.

La vaccination des jeunes filles de 11 à 14 ans avec le vaccin Bivalent comprend lui aussi 2 injections à administrer par un médecin agréé au Luxembourg. Cependant, la 2ème injection doit être faite entre 5 et 7 mois après la première injection.

Les adolescentes entre 14 et 18 ans peuvent bénéficier également de la mise à disposition gratuite du vaccin dans le cadre d’un programme de rattrapage. Dans ce cas, 3 injections sont à faire.

Invitation Vaccination HPV

Adaptation du programme de vaccination contre l’HPV

Dans le cadre du Plan Cancer 2014-2018, les recommandations internationales actuelles sur la vaccination HPV seront étudiées, afin de comparer les types de vaccin disponibles sur le marché, leur couverture virale, leur degré d’efficacité, le nombre de vaccins nécessaires. Il en sera déduit les mesures d’adaptation à prendre sur le programme HPV actuellement en place au Luxembourg.

De plus, sera étudié, sur base des recommandations internationales, l’intérêt d’intégrer les jeunes garçons dans le programme de vaccination HPV, afin d’éviter la dissémination de l’HPV. Selon les conclusions, des dispositions seront prises pour modifier le programme HPV en cours.

Une campagne d’information de la population concernée sera réalisée en fonction des adaptations réalisées.

Augmentation de la participation au programme de vaccination contre l’HPV

En collaboration avec les médecins généralistes, les médecins pédiatres et les équipes médico-scolaires, des actions ciblées de sensibilisation des familles et des jeunes filles seront réalisées afin d’atteindre un taux de participation de 80 % au programme de vaccination proposé.  Pour cela, le profil des non-participantes et les raisons de la non participation seront étudiés.

Mesure des effets à long terme

Un lien entre le programme de vaccination contre l’HPV, la participation au dépistage du cancer du col de l’utérus et la survenue d’un cancer du col utérin sera à mettre en œuvre dans le cadre du PC-Lux 2014-2018 afin de pouvoir lors des prochains plans cancer, analyser l’impact de la prévention et du dépistage sur l’incidence (nombre de nouveaux cas) du cancer du col de l’utérus.

Carnet de vaccination électronique

Le contenu du carnet de vaccination électronique, les acteurs pouvant y avoir accès et les droits d’accès, les modalités d’insertion des données dans le carnet de vaccination seront définis. La notion d’alerteur de vaccination sera intégrée dans la conception de l’outil.  Le carnet de vaccination électronique, inséré dans le Dossier de Soins du Patient électronique, sera développé par l’Agence e-Santé puis testé avant déploiement.