Obésité

Obésité et surpoids: facteur de risque de cancer

Le surpoids et l’obésité sont le fruit, en général,  d’un déséquilibre entre les apports caloriques de l’alimentation et les dépenses énergétiques liées à l’activité physique. Les modes de vie contemporains participent au développement de l’obésité, en raison de la diminution de la pratique de l’activité physique dans la société, ainsi que par l’absorption d’aliments trop riches en graisses et sucres.

Le surpoids et l’obésité jouent un rôle dans la survenue de certains types de cancer, tels que les cancers  du sein après la ménopause, du colon-rectum, de l’endomètre, du pancréas, du rein… Ils augmentent la mortalité par cancer et influencent la récidive ou la survenue d’un nouveau cancer.

Ils se mesurent grâce au BMI (Body Mass Index)  , appelé aussi IMC (Indice de Masse Corporelle), calculé par le rapport du poids en kilogrammes sur la taille en mètres élevée au carré. L’International Obesity Task Force, sous l’égide de l’OMS, définit l’individu adulte ayant un IMC supérieur ou égal à 30 kg/m2 comme obèse, supérieur ou égal à 25 et inférieur à 30 en surpoids.

Obésité et surpoids au Luxembourg

L’étude ORISCAV-Lux en 2007-2008 réalisée en population générale chez les personnes de 18 à 69 ans résidant au Luxembourg, a montré que 23 % des hommes et 18,7 % des femmes souffraient d’obésité, soit une prévalence de 20,9 % de l’obésité en population générale. L’obésité évolue avec l’âge: 6,5 % chez les 18-29 ans versus 39 % chez  les 60-69 ans. Elle diminue avec le niveau d’éducation passant de 28,1 % chez les personnes sans diplôme à 12,4 % chez les personnes ayant un diplôme d’études supérieures.

Dans la comparaison menée par l’OECD chez la population adulte en 2009, le Luxembourg avait un taux d’obésité de 24,5 % chez les hommes et de 19 % chez les femmes, soit un taux supérieur à celui des pays voisins, et que la prévalence de l’obésité a augmenté entre 2000 et 2011 chez l’adulte. (Source: Panorama de la santé 2011 et 2013, OECD)

Chez les jeunes, l’évolution de l’obésité et du surpoids chez les enfants de 15 ans entre 2005 et 2009, comparée aux autres pays de l’OECD, montre un taux supérieur à la moyenne des pays de l’OECD et une aggravation de la situation pendant cette période. Cependant , les données de la médecine scolaire montrent une tendance à  l’amélioration entre 2010 et 2012, mais le taux d’obésité chez l’enfant évolue à la hausse entre le 1er cycle d’éducation et le 4ème cycle tant chez les garçons (4,2 % versus 10,7 %)  que chez les filles (4,3 % versus 10,7 %)  (Source : Statistiques de la Division de la Médecine Scolaire, Direction de la Santé). L’obésité de l’enfant engendre le plus souvent une obésité à l’âge adulte et s’accompagne d’un risque accru de mortalité précoce en raison des complications liées à l’obésité: maladies cardio et cérébrovasculaires, diabète, insuffisance respiratoire, infection,…

Prévention de l’obésité et du surpoids

Prévenir l’obésité et le surpoids nécessite l’adoption de comportements de santé dans le domaine de l’alimentation et de l’activité physique. Certaines règles de vie sont recommandées:

  • avoir une activité physique modérée d’environ 30 minutes par jour
  • éviter les activités sédentaires non nécessaires (ordinateur, télévision)
  • limiter les quantités d’aliments consommés
  • limiter la fréquence des repas
  • limiter l’absorption d’aliments trop riches en graisses et en sucres et privilégier les fruits et les légumes
  • surveiller régulièrement son poids.

Le programme Gesond Iessen, Mei Bewegen, mis en place depuis 8 ans, mobilise la population et un grand nombre d’acteurs de la société civile autour de l’adoption de comportements sains, favorables à la lutte contre l’obésité.

Plan Cancer et Obésité

Le Plan Cancer 2014-2018 a pour objectif de mieux aider les personnes atteintes d’obésité.

L’action consistera à recenser l’ensemble des mesures systématiques déployées sur le territoire national pour lutter contre l’obésité: campagnes, actions de prévention dans les écoles, dans les entreprises, dans les communes, offres d’activités sportives adaptées aux obèses, accès aux structures sportives, formation des professionnels, système de détection de l’obésité et d’orientation vers des prises en charge adaptées. Elle identifiera les résultats obtenus avec ce type de mesures.

D’autre part seront recensées les offres de prise en charge disponibles pour les adultes et les enfants dont l’obésité est constituée : types d’offres de service, conditions et délais d’accès, déploiement sur le territoire, mode de réalisation (ambulatoire, hospitalisation), durée de la prise en charge, type de financement, partie à charge des individus.

Les besoins seront identifiés auprès des médecins, des autres professionnels de santé, des personnes obèses. Des propositions d’amélioration des points critiques seront élaborées.