Cancer de la prostate

Présentation de la maladie

Seuls les hommes ont une prostate. C’est une glande de l’appareil génital masculin, située sous la vessie et en avant du rectum, d’environ 3 centimètres de hauteur et de 4 centimètres de largeur. Elle entoure l’urètre, canal qui permet d’évacuer l’urine. Elle joue un rôle dans la production du sperme en fournissant le liquide prostatique qui se mélange avec les spermatozoïdes en provenance des testicules au moment de l’éjaculation.

La prostate est constituée de différents types de cellules:

  • les cellules glandulaires qui sécrètent les liquides pour l’éjaculation,
  • les cellules musculaires qui règlent le jet d’urine et l’éjaculation,
  • les cellules fibreuses qui maintiennent la structure de la glande

Les cellules de la prostate peuvent se développer, avec l’âge, de manière anarchique et se transformer en cellules cancéreuses. Dans environ 95 % des cas, le cancer de la prostate est un adénocarcinome c’est-à-dire un cancer des cellules glandulaires.

Epidémiologie du cancer de la prostate

Incidence du cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l’homme, devant le cancer du poumon ou le cancer colorectal.

En 2011, le Laboratoire National de Santé a diagnostiqué 365 nouveaux cas de cancers de la prostate.

Le taux brut d’incidence du cancer de la prostate a progressé  entre 1981 et 2009, en raison du développement des moyens de dépistage.

Source: LNS, Registre Morphologique des Tumeurs    * les cancers de la prostate et du corps utérin étant « gender-specific », le dénominateur choisi pour le calcul du taux brut ne considère que la population du sexe concerné,  ** bien que non « gender-specific », le cancer du sein étant très rare chez l’homme, les effectifs ne considèrent que les nouveaux cas déclarés dans la population féminine et le dénominateur ne considère que la population féminine

Source: LNS, Registre Morphologique des Tumeurs
* les cancers de la prostate et du corps utérin étant « gender-specific », le dénominateur choisi pour le calcul du taux brut ne considère que la population du sexe concerné,
** bien que non « gender-specific », le cancer du sein étant très rare chez l’homme, les effectifs ne considèrent que les nouveaux cas déclarés dans la population féminine et le dénominateur ne considère que la population féminine

Mortalité par cancer de la prostate

Bien que le cancer de la prostate soit très fréquent, 45 hommes sont décédés par cancer de la prostate en 2012 (Source: Direction de la Santé, statistiques des décès).

Mortalité par cancer 2012 Hommes

 Détection actuelle du cancer de la prostate

Le diagnostic du cancer de la prostate est suspecté lors d’une augmentation de la valeur du PSA (marqueur de l’activité de la prostate) associée à une anomalie de la prostate constatée par le médecin lors d’un toucher rectal ou si des symptômes urinaires sont présents (difficultés à uriner). Parfois, des signes généraux (fatigue, perte d’appétit, perte de poids) sont présents. Le PSA est mesuré par une analyse sanguine.

Le médecin peut confirmer le diagnostic de cancer de la prostate par une biopsie ( prélèvement d’un échantillon de tissu prostatique) dont l’analyse anatomopathologique permet de confirmer ou non la présence de cellules cancéreuses et de déterminer s’il s’agit d’un cancer de la prostate, d’un adénome de la prostate ( tumeur bénigne) ou d’une prostatite (inflammation de la prostate).

La détection d’un cancer de la prostate est actuellement une détection à caractère individuel. Le médecin traitant en concertation avec son patient met en place les examens et analyses de détection du cancer de la prostate. Il n’y a pas de programme organisé de dépistage du cancer de la prostate organisé par l’autorité sanitaire.

Plan Cancer et Cancer de la prostate

Publications des recommandations internationales

Dans le cadre du Plan Cancer 2014-2018,  les recommandations internationales en matière de détection du cancer de la prostate et de suivi de la personne seront publiées par l’autorité sanitaire et le Conseil Scientifique dans le Domaine de la Santé, afin de permettre au médecin d’avoir un support face aux demandes des patients. Elles seront diffusées aux médecins généralistes et spécialistes en appuyant notamment sur leur rôle d’information du patient.

Campagne d’information de la population

Deux campagnes d’information de la population seront réalisées en matière de détection et de modes de traitement du cancer de la prostate, en différentes langues et sur divers types de médias, afin de permettre aux personnes chez qui un cancer de la prostate a été détecté de faire un choix éclairé sur la proposition thérapeutique.

Evaluation des pratiques professionnelles

Une évaluation des pratiques professionnelles en matière de détection du cancer de la prostate sera réalisée pour le 30-09-2018 selon un protocole validé. Une veille scientifique permanente afin de faire évoluer si besoin la détection du cancer de la prostate sera organisée.

Suivi des complications iatrogènes

La biopsie de la prostate et la chirurgie de la prostate sont des actes invasifs pouvant générer des complications affectant la qualité de vie de la personne. Un suivi des complications iatrogènes liées à la biopsie et à la chirurgie prostatique sera mis en place dans le cadre du suivi général des complications en cancérologie (action 6.1.6).